Potosi, Le Temps Du Voyage

Publié le par Madison

paris-cinema.jpg








Il y a deux jours, j’ai vu un film en deux parties : Potosi, le temps du voyage. Ce film, entre documentaire et récit, ne ressemble à aucun autre par son histoire, sa structure, ses images. Il est par moment maladroit mais tout ce qu’il porte en idéologie, en Histoire et histoires, en sentiments, en beauté et en humanité m’a touché plus que je ne pouvais l’imaginer en sortant de la salle. Comme le disait le réalisateur Ron Havilio à la fin de la projection, c’est l’histoire d’un premier voyage, puis d’un deuxième. Mais c’est aussi l’histoire de son voyage à lui, de celui de sa femme ou de chacune de ses filles, chacun d’eux ayant vécu différemment les évènements. Et c’est aussi l’histoire des voyages que pourront faire chacun des spectateurs en voyant le film.

 

Pour moi, ça a été un retour sur mes 20 ans, sur les voyages en car, le sac à dos chargé, les petits hôtels qui ne payaient pas de mine mais qui étaient à mes yeux de vrais palaces, les paysages insolites et les rencontres éphémères à l'autre bout du monde. Ca a été aussi une envie profonde de me racheter un appareil photo digne de ce nom et de refaire des portraits volés dans des rues lointaines, de repartir à l’aventure et de rencontrer d’autres gens, ailleurs…

 

 

 

Potosi.jpgSynopsis : En 1970, pour leur voyage de noces, Ron et Jacqueline Havilio prennent la route des Andes, munis d’appareils photos. En Bolivie, ils découvrent Potosi, jadis la plus grande mine d’argent du monde : une ville oubliée perchée à 4100 mètres d’altitude, autrefois somptueuse mais synonyme d’enfer pour les mineurs indiens. En 1999, Ron et Jacqueline font un nouveau voyage en Bolivie, accompagnés cette fois de leurs trois filles, en empruntant le même itinéraire. Journal du second voyage à Potosi, le film dresse un émouvant portrait de la ville et de ses habitants. Dans un récit très structuré et remarquablement monté, aux allures de « home movie », surgissent des photos prises vingt-neuf ans auparavant, muets fragments du passé. Les deux facettes de la ville qui apparaissent alors interrogent les notions de mémoire et de transmission.

 

 

 

Potosi, le temps du voyage est en ce moment présenté dans plusieurs festivals et sera projeté prochainement sur Arte.

 

Publié dans Lu - Vu - Entendu

Commenter cet article

Tony 15/07/2007 15:55

Je le veux, je le veux !!!

Je peux avoir les détails de projo stp ?

BlancheFabret61 14/07/2007 09:28

Bonjour Madison - je suis revenue depuis peu de vacances (ratées ,pluvieuses à l'excès )- Cela prend du temps de lire tout - j'ai vu que tu ne passais pas...je ne suis pas restée au sommet du Peloux (hihih)....Bonne journée à toi.