La Légende Du Sexe Surdimensionné Des Noirs

Publié le par Madison

Voilà enfin la réponse du berger à la bergère ! (Mais non, ce n'est pas moi la bergère, je ne me suis jamais posé cette question, car je ne crois que ce que je vois)

Un des lecteurs de ce blog, le Zombi, m'a conseillé ce livre après avoir lu  Alors, C’est Vrai ? (chapitre 4 de L'Amour, les hommes et le chocolat, 1ère partie).


La légende du sexe surdimensionné des Noirs raconte pourquoi et comment à l'heure actuelle où la science et les statistiques règnent en maîtres absolus sur la vérité, la taille du sexe des Noirs est passé du phantasme diabolisant au phantasme scientifique.

"Mais si c'est vrai, les statistiques le prouvent !". Serge Bilé a eu beau chercher dans le milieu scientifique, il n'a jamais trouvé d'études sérieuses prouvant la véracité d'une telle théorie.

Dans ce livre, il passe en revue les différentes époques depuis l'Antiquité où la peur du Noir était traduite par la soit disant monstruosité de son sexe. Il rend compte de comment cette image d'un sexe et d'une sexualité hors norme a permis aux théories racistes de maintenir l'idée que les Noirs étaient par là même des monstres, des animaux...

Alors comment expliquer que cette idée ait perduré ? Comment expliquer qu'elle soit reprise comme un flambeau en Afrique et dans tous les pays où l'on trouve une importante communauté noire ?

Après tout, ce n'est pas si étonnant. Le sexe de l'Homme est le symbole par excellence de la puissance. Quelque soient le Continent, la culture ou la couleur de la peau, il reste un enjeu de virilité. Si les faits étaient vrais, on pourrait penser à l'heure actuelle que c'est un juste retour des choses, une sorte de revanche... Malheureusement, et comme le souligne Serge Bilé dans son livre, cette légende reste encore le support de toute une imagerie raciste, à la fois avalisée par les Noirs et par les Blancs.

"...Cet ouvrage qui se lit comme un roman, démonte sans détours et sans tabous, les mécanismes d'un stéréotype aux mille visages, hérité du passé. Il rappelle à tous, aux Blancs comme aux Noirs, que le préjugé sexuel est le frère jumeau du préjugé de couleur"

Dans le dernier chapitre de son livre, Serge Bilé cite Albert Einstein :

"Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé."

... à méditer


Serge Bilé est aussi l'auteur de l'excellent livre : "Noirs dans les camps Nazis"

Publié dans Lu - Vu - Entendu

Commenter cet article