Ca Va Mal Finir

Publié le par Madison

ca-va-mal-finir.jpgCroyez-moi, ça m'a couté d'acheter ce livre. Mais je ne le regrette pas !
J'en avais lu des extraits sur le net qui m'avaient quelque peu séduite. Mais de là à lire un livre d'un homme politique de droite... Ca tenait quelque part de mission impossible.
Et puis hier matin, je voulais faire un cadeau à une amie et je suis rentrée dans une librairie. Pendant que la libraire cherchait mon livre, j'entends un autre client demander : "Vous avez le dernier Léotard ?". L'autre vendeur lui a répondu : "Sur la table, juste devant la dame."
La dame, c'était moi. J'ai pris ça comme un signe. Tout en me coupant la respiration comme quand on attrape un objet mal-odorant , j'ai pris un bouquin sur la pile que j'ai tendu au monsieur et un second pour moi.
J'avais, juste après, un rendez-vous médical. Dans la salle d'attente, j'ai commencé à lire "Ca va mal finir". Et là, surprise, ce fut un vrai régal. Non seulement ce que Léotard dit du Roi des Mouches est plaisant en soi pour les opposants au régime quelqu'un de gauche comme moi, mais en plus, c'est extrèmement bien écrit. Et je pèse mes mots. Le style, le rythme, l'humour, l'ironie, la poésie, la sensibilité, la sincérité, les citations choisies : tout y est.
Léotard démonte de façon minutieuse toutes les actions politiques du Roi des Mouches, du Sacre de la Concorde au Mariage Princier. Il passe en revue la campagne électorale pour les présidentielles, les choix gouvernementaux, l'ouverture, l'accolade à Khadafi, les infirmières bulgares, les mots malheureux au Guilvenec et ailleurs, le paquet fiscal, les amitiés douteuses avec les patrons du CAC40, la franchise médicale, les tests ADN, les arrestations des étrangers, le Ministère de L'immigration... Il fait des analogies historiques parfois mélancoliques, souvent truculentes. Il dit sa souffrance de voir son vieil ami détruire la France Des Lumières. Sa souffrance de l'avoir laissé faire.
"J'avais lu dans Port-Soudan, le beau livre d'Olivier Rolin, cette phrase que j'aurais voulu coller sous son miroir du matin. "Si c'est faiblesse de ne pas croire en soi, c'en est une autre, et plus ridicule encore, que de n'en jamais douter." De toute la force de son énergie, Not'Maître à venir refusait cette faiblesse, indigne de lui, et surtout des épreuves qu'il avait déjà traversées.
On se souvient qu'il répétait volontiers qu'on ne faisait appel à lui que dans les moments désespérés. Alors il arrivait, soulevait le RPR et l'exaltait en quelques jours, redressait le Budget de le Nation, rendait à la police la confiance qui lui manquait.
Déjà, on aurait du se méfier. "Si c'était si facile que ça, croyez-vous qu'on m'aurait appelé ?" Combien de fois l'avions nous entendue cette question qui tétanisait les journalistes car, elle ne permettait aucune réponse. Blanchot avait raison : "La réponse, c'est le malheur de la question..."
C'est vrai, on aurait du se méfier. Dans le monde sauvage des animaux politiques il ne faut pas être sur le passage du prédateur. Je le sais, j'ai traversé imprudemment la savane"

Le livre se présente en trois parties. La première décrit l'action du Roi en sept chapitres sous la forme biblique : "Au premier jour était..." La deuxième partie est un dialogue entre Léotard et la mythologique Cassandre, celle qui prédisait l'avenir mais que personne ne voulait croire. Un regard sur l'histoire de France et la rupture au niveau de la fonction présidentielle par rapport aux prédécesseurs. La troisième partie est composée de deux lettres. L'une adressée à cet ami que Léotard ne reconnait plus, la deuxième au Général de Gaulle qu'il n'a pas connu. L'ensemble forme un récit qui m'a captivée, fait rire autant qu'émue parfois aux larmes - j'suis une fille sensible, surtout sur certains sujets -.
Le titre semble inadéquat à première vue, un peu raccoleur même car Léotard ne prédit pas l'avenir. Mais, il le pressent en homme sensible, cultivé et intelligent. Et ce qui est appréciable, c'est qu'il le fait sans haine et sans rencoeur. Ce qu'aucun homme de gauche n'aurait pu faire dans le cas présent.

Souvent quand on lit un livre, on en tire une phrase ou un chapitre qui nous a marqué. Dans ce livre là, j'ai souligné tellement de passages que je ne saurais en choisir un spécifiquement. Cependant, une citation de René Char à propos des gens de gauche qui ont acceptés de rentrer dans le gouvernement m'a spécialement marquée car elle exprime ce que je pense de ces personnes :
Ils avaient oublié la belle phrase de René Char : " Ne te courbe que pour aimer..."
Ils n'aimaient pas mais ils se courbèrent...

Publié dans Politiquement Correct

Commenter cet article

Cristophe 09/03/2008 15:06

Je viens de me rappeler cette vieille blague au sujet des frères Léotard, qu'on racontait du vivant de Philippe :
Les frères Léotard, il y en a un qui boit et l'autre qui devrait.

Madison 09/03/2008 22:55

tres bonne ;-)

Tiphaine 08/03/2008 17:31

je le note ! merci pour le point de vue, je l'ai entendu à la radio le gars, je me disais que je le lirai peut-être, c'est pas exclu. En fait, je crois vraiment qu'il faudra qu'on me l'offre quand même !

Madison 08/03/2008 22:24

ou que tu le trouves en bibliothèque ;-)

jlb 08/03/2008 16:36

je l'ai vu hier au soir à la télé, après l'avoir aussi entendu à la radio.
On ne peut pas résumer "Léotard homme de droite", il est plus complexe que ça, comme son frère était complexe

Madison 08/03/2008 22:23

je pense qu'il est gaulliste au sens noble du terme... il croit aux valeurs de la France, à la Démocratie, à la Laïcité,...

Kwaame 08/03/2008 11:51

*Se met une pince à linge sur le nez et file à la librairie*... Faut-il que je passe à la tirette avant? Des fois que... En espèces... je sais pas... Bon j'irai tout à l'heure :D

Madison 08/03/2008 13:30

10 euros lol

pyrome 08/03/2008 11:26

Bon, à mettre sur la liste alors !

Madison 08/03/2008 13:27

ça se lit vite en plus, deux heures tout au plus.