L'heure Du Conte (Suite)

Publié le par Madison

Le début du conte


... Il est là devant lui. Le Bon Dieu en personne ! Assis en haut d’une immense falaise, les pieds dans le vide, ballants, il boit un diabolo menthe en souriant. Il observe sa création et semble très satisfait de son œuvre. « Je suis un artiste parfait ! » pense-t-il. Le Bon Dieu baigne dans un bonheur divin quand, soudain, un inconnu se prend les pieds dans une racine et atterrit à ses côtés, mettant fin à sa contemplation bienheureuse.

- Qui es-tu ? Demande-t-il à l’homme, blanc de colère.

- Je suis Jabr et je viens de loin, répond celui-ci en s’excusant. Je ne voulais pas te déranger.

- Que veux-tu ? demande le Bon Dieu impatient.

- Je n’ai pas de chance et tous disent que c’est toi qui en a décidé ainsi. Alors je viens te demander de me donner un peu de chance sur la terre. C’est tout ! dit l’homme confus.

- De la chance ? … D’accord. Je viens à l’instant de te créer un lot de chance, mais c’est à toi de la chercher, c’est à toi de la trouver.

Jabr est heureux, il se sent pousser des ailes. Il est prêt à repartir, quand il se souvient de ses trois rencontres :

- Je ne voudrais pas abuser de ta générosité, mais que doit faire l’arbre qui est au bord de la rivière ?

- …

- Parfait, c’est simple. Et la jeune fille ?

- …

- Bon. Et le chacal ?

- …

Le Bon Dieu répond à toutes les questions de Jabr. Celui-ci, rempli de joie, part en courant :

- J’ai mon lot de chance sur la Terre ! J’ai mon lot de chance sur la Terre !

Il court si vite qu’il en oublie presque de s’arrêter à côté de l’arbre. A la dernière seconde il freine de toutes ses forces. L’arbre l’attendait :

- M’as-tu oublié ? demande-t-il sur un ton de reproche.

- Me voici, répond Jabr, ne commence pas à râler ! Le Bon Dieu te fait dire qu’un trésor a été enterré à tes pieds depuis quelques années et qu’il empêche l’eau de la rivière de passer. Tu dois déterrer le trésor et tu pourras pousser. Facile, non ?

Jabr est prêt à repartir.

- Attends, crie l’arbre. Que veux-tu que je fasse d’un trésor, moi ? Prends-le et laisse-moi m’arroser.

- Tu as une branche ! Je te dis que j’ai un lot de chance sur la terre, je dois aller la chercher et tu veux que je perde mon temps à creuser, me charger, suer ? Débrouille-toi ! Bonne chance !

Jabr repart à toute allure. Il court comme un fou en hurlant :

- J’ai mon lot de chance sur la Terre ! J’ai mon lot de chance sur la Terre !

Il arrive devant la maison blanche. La jeune fille l’attend sur le perron :

- Alors ? As-tu pensé à moi ? demande-t-elle joyeuse.

- Bien sûr, répond notre homme. De toutes les affaires que j’ai pu soumettre au Bon Dieu, la tienne est la plus simple. Il te faut un mari. Quand tu auras un amoureux, tu ne pleureras plus toutes les nuits.

Il semble si pressé de repartir :

- Attends ! lui dit la jeune fille.

Elle le passe en revue, de la tête aux pieds puis des pieds à la tête. Un aller-retour complet. Il peut plaire.

- Veux-tu m’épouser ? dit-elle tout intimidée.

- Pas question ! J’ai un lot de chance sur la terre, je dois aller la trouver. Crois-tu que j’ai le temps de me fiancer, me marier, avoir des enfants, les couches-culottes, les biberons, le caddie le samedi… Bonne chance à toi ! Adieu !

Avant même qu’elle puisse répondre, il avait disparu. Il court sur le chemin. Il va si vite qu’il arrive tout essoufflé devant le chacal. Celui-ci est si vieilli qu’il n’a plus la force de parler.

Jabr reprend son souffle et dit :

- Je l’ai rencontré et je ne t’ai pas oublié. Le Bon Dieu te fais dire que quand tu auras mangé l’homme le plus stupide de la Terre, tu n’auras plus faim.

Et croyez-vous que le chacal s’est gêné ?

C’est depuis ce temps-là qu’au pays de Jabr on dit :


« Ta chance, c’est toi qui la forges, au moins pour les deux tiers. »


 



J'ai d'autres contes dans mon sac... un autre jour peut-être, si vous êtes sages...

Publié dans Lu - Vu - Entendu

Commenter cet article

vernnone 14/03/2006 02:47

Tu as gardé une âme d'enfant. Moi aussi je pense car ton conte m'a transporté. hummm

Madison 14/03/2006 12:31

je revendique mon âme d'enfant ;-)

Taliesin 13/03/2006 21:20

Et la jeune fille, là, elle ets toujours libre alors? ;o)Excellent ce petit conte ;o)BisousTal

Madison 14/03/2006 12:30

Tal, ce n'était pas une annonce matrimoniale :-)bisous

maylis 13/03/2006 21:15

ah ben il méritait qu'on l'attente celui là excellent! ce bon dieu est très futé Jabr beaucoup moins j'aime bien la sagesse du propos la chance si on sait pas la reconnaitre la saisir elle nous échappe après "on n'a plus que nos 2 yeux pour pleurer" conte breton c'est mon brave papa qui disait tjrs ça ;-) bisous madison mecr pr ce conte
ps il est de quelle origine stp?

Madison 14/03/2006 12:29

Je n'en connais pas l'origine...

Jimmy 13/03/2006 21:05

Joli conte et jolie morale.Vais-je seulement la retenir ?

Madison 14/03/2006 12:28

Je l'ai toujours en tête ... :-)

DS 13/03/2006 11:38

Ah ... j'adore ....
Il faut savoir saisir ces chances : )
PS : bien sur que l'on est sages ! Nan mais oh !

Madison 13/03/2006 12:12

Je site souvent ce conte à ceux qui disent qu'on leur en veut :-)