Il A Osé Le Dire...

Publié le par Madison


" - Il y a des perdants dans une crise, vous l’avez dit Alain Minc. Est-ce que vous vous êtes enrichi pendant cette crise financière ?
 - Non, j’ai perdu, j’ai perdu comme tout le monde mais pour moi ça n’a pas d’importance, je suis un privilégié. Je ne regarde pas l’état de mon patrimoine tous les soirs, Dieu merci ! "


L'invité d'Inter - Le six sept de Nicolas Demorand - Mardi 23 Septembre 2008


Pour ceux qui veulent,
et qui ont le courage de supporter ça,
voici l'interview dans son entier.
Remarquez comme ça fait bien
de se dire "de culture marxiste..."


J'ai toujours pensé que ce genre de personnages, ceux qui font parti de la cour du Roi des Mouches, étaient surtout de mauvaise foi. Après avoir écouté plusieurs interviews politiques ces derniers jours, je pense maintenant qu'ils ont fini par croire à toutes les énormités qu'ils nous servent et que lorsqu'ils parlent ils sont sincères...
Cela dit, j'ai le même sentiment quand j'écoute le discours des dirigeants du PS, si loin des espoirs de leur électorat.
Tous ces gens vivent vraiment dans un autre monde. Et nous, pauvres péquins, on est vraiment mal barrés...


Publié dans Politiquement Correct

Commenter cet article

Anonyme 30/09/2008 21:18

Alain Minc est un pur produit de la méritocratie républicaine : Ingénieur des Mines, Science Po, ENA, Inspection des Finances. Avec tout ce que cela comporte comme travers : ego exorbitant (caché sous une fausse modestie), certitudes indéboulonnables (dont celle, ravageuse, que le monde est tel qu'on le conçoit - comment pourrait-il en être autrement quand on a réussi les plus beaux concours?...) et bien sûr, le réseau, le copinage, qui ne vont pas sans une certaine impunité.
Alain Minc est un homme d'influence, qui agit plus souvent en coulisses que sous les feux des projecteurs, un homme d'argent aussi, mais, j'ai envie de demander, sorti du microcosme parisien, "qui connaît Alain Minc?", pour reprendre la désormais célèbre question.
Alors de là à être offusqué par ce qu'il a raconté ce jour-là...
Bien qu'il ait de l'influence, ce que peut dire Alain Minc un matin sur France Inter m'en touche une sans faire bouger l'autre. Car pour Alain Minc, les vrais conseils se paient cash.

Madison 01/10/2008 21:29


Voilà une bonne vision du personnage ;-)



Philémon 28/09/2008 19:13

Je l'avais écouté, mais j'avais zappé quelques passages, dont celui-ci.
Cela dit, AM est cohérent avec sa démarche depuis des années, depuis le raid raté sur la Générale, mais dans ce milieu, ce n'est pas les gamelles que l'on se reproche, c'est la frilosité. Mieux vaut tenter de coups et les rater que de ne pas bouger, c'est pour cela qu'AM a toujours été reconnu par ses pairs.
Cela dit, avoir compris les principes du marxisme ne veut pas dire l'être. Ce qui est éminemment contestable, c’est qu’il a bâti sa fortune personnelle sur des impostures et sur une « conjugalité » forte avec le pouvoir en place. Qu’il soit décomplexé est une chose, qu’il doive cette absence de complexe au fait d’être bien né et du bon côté en est une autre. Sa fortune ne tient pas à sa valeur intrinsèque, mais à la manière dont ce milieu engraisse ses pairs.
Cela met en évidence en tout cas plusieurs choses : la fracture entre les politiques de terrain et les élites dans les ministères, pour preuve la grogne de nombreux députés sur les décisions de Sarkozy. Moi qui suis en contact depuis plus de 15 ans avec des élus de terrain, maires ou conseillers généraux, je ne peux pas laisser dire que les politiques se désintéressent du sens commun. N'oubliez quand même pas que ce sont les départements qui sont les financeurs de la politique sociale (APA, RMI...), et qu'ils sont tous les jours confrontés à la misère. Cela dit, quand le maire ou le conseiller général est élu député ou sénateur, il semble perdre toute mesure, car engagé alors dans une course au pouvoir qui lui fait oublier toute sa connaissance du terrain.
C'est à mon sens du côté de la formation des élites qu'il faut regarder, en particulier de l'ENA, dont AM est un plus pur produit.
Je pense pour ma part (et j'assume) que la politique est un engagement noble, et je m'insurge contre ce défaitisme ambiant.
Supprimons l'ENA et réformons les conditions de cooptation et d’entrée dans les cabinets ministériels, mais ne crachons pas sur la politique, car c'est faire le lit du FN ou de tous les extrémismes.
Cela dit, entre une droite triomphante, qui tient les rouages de l'état, et une gauche en léthargie, mais qui est plébiscitée pour gérer la politique de terrain, il y a un fossé qui se creuse...
A suivre, je pense que le débat n'est pas clos.

Madison 01/10/2008 21:45


tu as raison, entrer en politique peut-être une chose noble, si on ne perd pas de vue que c'est pour servir la cause publique...



Djédji 28/09/2008 11:40

Je suis du même avis que M,
en France on a trop tendance a avoir honte de sa bonne fortune, Minc est donc pour le coup totalement décomplexé.

Pour tout le reste ses déclarations n'engagent que lui et ceux qui y croient.

Madison 01/10/2008 21:42


c'est quoi la bonne fortune petit frere ?



monbricabrac 28/09/2008 08:21

Alain Minc a toujours représenté pour moi le summum du cynisme de l'ultra-libéralisme, donc sa déclaration ne m'étonne pas du tout. Mais tu sais, le nain raisonne comme ça aussi: regarde ses vacances, le luxe dans lequel il vit...

Madison 01/10/2008 21:42


qu'ils vivent comme ça, c'est leur problème, mais qu'ils s'affichent alors qu'il y en a qui n'ont pas de quoi bouffer... ça me fait vomir...



jlb 27/09/2008 08:56

Alain Mins, en tant que dirigeant, ou con-sultant, a toujours mis ses entreprises en faillite.
Et il est régulièrement invité en tant que spécialiste!
Marx, revient!

Madison 27/09/2008 20:45


On peut donc espérer qu'il donnera de mauvais conseils au Roi des Mouches lol