Dîner(s) De Con(s) (4)

Publié le par Madison


Le futur, le futur... il semble difficile à imaginer pour beaucoup. Quelque part, c'est normal. C'est dans la nature humaine de se protéger. Ignorer plutôt qu'affronter en pensant qu'ainsi on ne souffrira pas. Et pourtant, ce n'est pas parce qu'on a fermé les yeux qu'on devient invisible...

Dans quelques jours va sortir un film sur Coluche. C'est l'histoire d'un mec qui pensait qu'on pouvait rendre le monde meilleur en aidant les plus nécessiteux. En 1985, avec des potes à lui il met en place les Restos du Coeur. Ce devait être temporaire.


Goldman & Coluche - Les Restos Du Coeur


23 ans après, les Restos du Coeur sont encore là. Il y a de plus plus de pauvres. Et pire encore, parmis ces pauvres, beaucoup ont un boulot mais n'arrivent même plus à nourrir leurs enfants ou même à leur offrir un toit pour passer la nuit.

Que s'est-il passé ? La faute à qui ? Aux gouvernements qui se sont succédés ? A vous ? A moi ? Qu'avons nous fait ou pas fait pour en arriver là ?

Il y a 23 ans, j'avais 19 ans. J'aimais la France d'alors. Il y faisait bon vivre. C'était l'époque de la Gauche décompléxée. On pouvait dorénavant être socialo et avoir du fric. Et avec ce fric, on pouvait tout s'acheter, même une conscience sociale ! C'était la grande époque des Enfoirés, Chanteurs sans Frontières, SOS Racisme, Téléthon et compagnie. En épinglant un badge sur notre tee-shirt ou en envoyant des dons, on se sentait solidaires ! Et puis on remontait dans l'ascenceur social avec pour seule préocupation la destination de nos prochaines vacances ou la couleur des sièges de notre future Golf.
Etait-on insouciants ou égoïstes ? Peut-être un peu des deux dans le fond.
Dans le même temps, le libéralisme ne rencontrant plus aucune résistance idéologique après la chute du mur de Berlin a commencé à dicter sa loi au monde. Tout s'est mis a fonctionner au nom du profit. On a accusé les masses laborieuses de paresse, on leur a fichu la trouille avec des histoires d'insécurité, on les a monté les uns contre les autres afin qu'elles ferment leur gueule et bossent plus pour engraisser plus les parachutistes dorés de la haute finance.
Le tissu social est parti en sucette. Comment penser à son voisin quand on a soi-même du mal à sortir du marasme ?
Depuis quelques temps, ceux qui ont encore la chance de vivre dans de bonnes conditions mais sans trop d'aisance non plus sentent bien que le bateau prend l'eau. Il faut faire quelque chose mais quoi ?
Il ne s'agit plus de donner trois ou quatre euros pour se dédouaner ou de laisser un paquet de nouilles dans le caddie du secours populaire en faisant ses courses. Et rien ne sert de se murer dans la culpabilité et de s'autoflagéler sans fin. Il faut agir. Agir au quotidien en pensant aux conséquences de nos actes sur notre environnement, qu'il soit proche ou planétaire. Car on ne peut plus continuer à croire que rien ne pourra nous atteindre parce qu'on habite un pays - soi disant - riche. Deplus, quelque soit le lieu de notre naissance, nous sommes tous dans la même galère, mondialisme oblige.

Il est temps de se réveiller !
De sortir les doigts du nombril et d'apprendre à penser autrement
(car oui, c'est un apprentissage),
sans tout le temps penser à monnayer ses actions et son temps.

Je n'ai pas de solution ni de recette mais je suis sure qu'en y pensant bien, on va trouver tout un tas d'idées pour un monde meilleur. Comme par exemple cette initiative toute simple signalée par Cécile : http://www.recupe.net/. Donner au lieu de jeter. Rendre service et recycler.


Avant de terminer ce billet, je voulais vous faire part d'une annonce que j'ai reçue par mail il y a quelques jours : le 22 octobre sortira dans les salles le film "Enfants de Don Quichotte - Acte 1". On ne peut que saluer l'action des frêres Legrand et de tous ceux qui ont bravé les hommes à mattraque pour que les SDF retrouvent une certaine décence dans le regard des passants.
Malheureusement, tant qu'on ne changera pas notre façon de vivre, on verra tous les 25 ans un Abbé Pierre, un Coluche, un Augustin Legrand apparaitre et s'agiter sans pour autant pouvoir faire bouger les choses...



Les Enfants De Don Quichotte - Acte 1


Décembre 2006, selon un sondage BVA :
"un Français sur deux pense qu'il pourrait devenir un jour SDF"...


Publié dans Politiquement Correct

Commenter cet article

M. 13/10/2008 14:39

C'est du "nombril" que tu te sors les doigts ? Ah oui... moi je connaissais une expression légèrement différente ;)

M.

P.S. Rien à ajouter sur le fond :(

Madison 13/10/2008 21:53


ben heu, en fait ce n'est pas du nombril en effet mdr !



monbricabrac 12/10/2008 13:56

Madison, tu ne peux pas savoir comme je suis émue de voir qu'il existe encore des gens comme toi qui y croient et qui se battent...vraiment, ça met du baume au coeur.

Madison 13/10/2008 08:22


On va y arriver monbric, on va y arriver ;-)



ZesteDeCitron 10/10/2008 22:38

C'est clair que si on continue comme ça on va droit dans le mur ... ah on me signale que la machine est déjà enclenchée ... trop tard? ... il n'est jamais trop tard ... mais franchement entre nous ... y'en a marre ! marre parce que ce sont toujours les mêmes qui se prennent ce fuc*king mur ! ... désolée je m'emporte un peu Madi mais je suis sûre que tu me comprends ... comme la plus part de tes lecteurs aussi ^^

Madison 13/10/2008 08:17


on te comprends zeste :-)



emanu124 10/10/2008 22:20

Mais pour rester optimiste, tu es TAGGEE...
http://lespenseesdemanu.hautetfort.com/archive/2008/10/10/entracte-musical.html

Madison 13/10/2008 08:17


j'ai vu ;-)



emanu124 10/10/2008 22:20

Le monde est parfaitement et strictement tel qu'il a toujours été : un minimum de privilégiés et un maximum de laissés pour compte...
A croire que l'homme est désespérant ...
Tout ça finira mal, très mal...

Madison 13/10/2008 08:17


Ne soyons pas défaitistes, ce sera dur mais ça débouchera sur quelque chose de nouveau et de meilleur (enfin je l'espère...)