Le Blues De La Citoyenne...

Publié le par Madison

... qui veut rester motivée. (musique)


Le monde a changé…

Ma vision du monde a changé…
Ce que je prenais pour vrai ne l’est plus…
Il me reste pourtant des certitudes. Des convictions diront certains…
Mais là je suis dans l’impasse…

Un monde nouveau est à construire. Il faut penser autrement…

A ceux qui pensent qu’entre les uns et les autres il n’y a pas différence, je dis non. Il y a plusieurs façons d’agir, plusieurs visions du monde.

Mon cœur est à gauche mais je ne suis la ligne d’aucun parti. Etre à gauche pour moi est avant tout un état d’esprit, une forme de pensée, un regard et une façon d’interagir sur ce/ux qui m’entoure/nt.
Mais avant de m’inclure dans cet ensemble social
mondialement appelé la gauche, je suis un être libre et unique.

On me demande de choisir…
Je ne veux pas voter contre des idées…
Et je ne vois pas les idées pour lesquelles je voudrais voter…

Ne pas voter ? Ce pourrait être un choix…
Je m'inscris dans une histoire familiale et sociale, et je suis citoyenne d’un pays où ce choix m’est offert alors que je pourrais ne pas l’avoir ailleurs.

Mon implication citoyenne ne s’arrête pas à ce choix, tout comme elle ne s’arrête pas aux frontières de ce pays. Mais je ne veux pas renier ce droit.
 

Après longue réflexion, je mettrais peut-être un bulletin muet dans l’urne.
Ce sera sans regret quelque soit le résultat.
Soit on est au plus bas, soit on n’a pas encore touché le fond.

 

Et du pire naît toujours le meilleur…


Ce texte est né après un long week-end à parler politique, une rencontre dans la rue avec les représentants d’une ONG et l’émission Abstention Zéro de John Paul Lepers sur La Chaine Parlementaire.

Dans cette émission, JP Lepers va à la rencontre de gens qui ne votent pas. Les arguments sont souvent bateaux mais parfois un discours sort du lot et légitime l’abstention. Ce qui quelque part remet en cause ce modèle démocratique qui nous tient lieu de norme.


Le monde a changé…

Il faut penser autrement…

... et il faut rester motivé.

 

Publié dans Politiquement Correct

Commenter cet article

KwAame 01/03/2007 20:46

Haa, tu l'as dit! Que choisir? On ne sait pas le goût du fruit tant qu'il est derrière sa vitrine. Je suis moi aussi plongé dans la plus grande perplexité au cours de cette élection et je me demande vraiment ce que sera ma décision ultime. Voter blanc au premier tour? Pourquoi pas! Merci pour ce post. Le titre est très bien trouvé et évocateur. En tout cas, à moi, il me parle. Take Care Madison :)

Madison 02/03/2007 22:03

Thanx KwAameTake care 2 my friend

Cristophe 01/03/2007 13:27

Voter blanc dans l'esprit "Je veux voter mais rien de ce qu'on me présente ne mérite mon vote, présentez moi autre chose" est bien tentant mais le vote blanc n'est pas reçu ainsi. Peut-être parce qu'il n'y en a pas assez ?  Que se passerait-il si la majorité abstentionniste votait blanc ?  Je me pose vraiment la question.

Madison 02/03/2007 21:49

surement que le futur président ferait semblant de l'ignorer tout comme Chichi a fait semblant d'ignorer qu'il avait été élu avec une majorité de votes de gauche...pourtant... ce serait un signe

jlb 01/03/2007 09:14

a-t-on atteint le pire? je ne sais, pas en Europe non, mais en Afrique?
se battre aussi pour que vote blanc, nul ou abstention soient reconnus et alors même le vote pourrait être obligatoire. Un élu avec 50% de 60% de votants....
la V° République est à bout de souffle.....soufflons fort!

Madison 02/03/2007 21:45

c'est exactement ça : le système est à bout de souffle car du national, nous devons passer au mondial...le vote obligatoire ? pourquoi pas... droits et devoirs...

cécile 28/02/2007 22:02

"Et du pire nait toujours le meilleur".
Si c'était vrai, ce serait beau, mais je crains que ce soit particulièrement faux.
De la première guerre mondial (le pire de l'époque) est né le nazisme (probablement n°1 au classement du pire)
De la dictature stariste est né le communisme (ex-aequo avec le nazisme ?)
Suite au 11 septembre a été déclenchée la guerre en Irak.
Et les exemples comme ça abondent.
C'est à cause de tous ces exemples que je suis réformiste plutôt que révolutionnaire : quand on croqu'il faut toucher le fond, pour arriver à de bons résultats, qu'il faut détruire les valeurs existantes avant de pouvoir recréer un monde meilleur, on arrive souvent à des catastrophes.
Je voterai, c'est sûr, ne serait-ce que pour rendre hommage à ceux qui se sont battus pour ce droit, et à ceux qui ne l'ont pas et qui se battent aujourd'hui pour le décrocher. Moi non plus, je ne vais pas vraiment voter pour des idées ou des candidats, aucun ne m'emballe. Alors à contrecoeur, je vais voter plutôt contre tous ceux qui ne me plaisent pas (surtout contre un p'tit mec qui me fait très peur). Tant pis. 

Madison 01/03/2007 00:02

je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi... les relations de cause à effet ne sont pas aussi simples... Il faut voir au delà d'une position localele nazisme est né d'abord d'un homme. De l'humiliation de la guerre est née la montée en puissance de cet homme en Allemagne. D'une situation plus globale à la même époque est né le franquisme en espagne et le mussolinisme en italie. Pour moi la première guerre mondiale était un premier accoup, la deuxieme était ce que j'appelle le pire. L'après guerre a donné naissance à une reconstruction autant physique (progres scientifiques etc...) qu'intellectuelle ou artistique.le communisme n'est pas né du tsarisme. Le communisme sovietique est inspiré de la vision d'un homme qui a lui même dit que le monde n'était pas pret pour le communisme. Ce qui est né de la fin féodale du tsarisme n'était aussi qu'un pas vers le pire au niveau local. Le pire après l'effondrement du mur c'est le capitalisme à outrance... pure illusion basé sur le virtuel de l'argent ou l'homme devient une valeur marchande (au niveau boulot mais aussi médical, sentimental...)le 11 septembre est peut etre une horreur mais ce n'est pas le pire... c'est juste un acte terroriste. Ce terrorisme là est né encore une fois d'une certaine humiliation (d'une partie bien pensante du monde sur une autre partie du monde). C'est juste un aperçu de ce que pourrait etre le pire... au niveau mondial.Ce que j'appelle le pire est ce qui va faire prendre conscience qu'il faut arreter de voir les choses au niveau local. A l'heure de la mondialisation, il faut arreter de se regarder le nombril (et nos politiques sont tres forts pour se regarder le nombril) Le pire sera une étape douloureuse mais necessaire pour arriver à une solution. notre systeme démocratique devient obsolète comme la royauté l'a été à moment donné et comme le tribalisme l'a été bien avant... Je crois que toute la souffrance actuelle sera la base de reflexion pour un pas en avant. Ca n'évitera pas la vie d'etre moche parfois. Il faut à l'humanité d'en passer toujours par quelque chose de difficile pour reveiller les consciences... En est-on à ce point là ou le pire reste à venir ? L'histoire est en marche...bises Cécile

Lili 28/02/2007 20:50

Je ne retiendrais que cette phrase "du pire nait toujours le meilleur" Ce sera mon leitmotiv :)Quant à voter, il est impensable pour moi de ne pas aller mettre le petit papier dans l'urne alors j'irais et d'ici là, peut être que j'y verrais plus clair, moins de pouvoir et plus d'altruisme... qui sait, il n'est pas encore interdit de rêver.Bisous Madi

Madison 28/02/2007 23:32

il reste 7 semaines pour choisir...on a toute la vie pour rever ;-)bisous Lili belle